Partager

5 conseils fiscaux pour les travailleurs autonomes

Doug Carroll, spécialiste de la planification fiscale et successorale, explique quelques-uns des allégements fiscaux offerts aux travailleurs autonomes.

Si vous êtes un travailleur autonome, il y a certaines différences dans la manière et le moment que vous payez vos impôts ainsi que quelques avantages fiscaux réels. Tirez-en le plus parti grâce à nos conseils fiscaux utiles.

1.      Date limite de production de la déclaration de revenus pour les travailleurs autonomes

Indice : ce n’est pas la même date que celle pour la déclaration de revenus des particuliers.

Plutôt que la date habituelle de production des déclarations de revenus, soit le 30 avril, si vous étiez travailleur autonome, la date limite de production de votre déclaration de revenus est le 15 juin pour vous et votre époux ou conjoint de fait. Rappelez-vous que si vous devez payer des impôts, vous devez soumettre le paiement au plus tard le 30 avril (bien que vous n’ayez pas besoin de produire votre déclaration de revenus jusqu’au 15 juin).

2.      Paiement par acomptes provisionnels

Les acomptes provisionnels sont simplement des paiements d’impôt sur le revenu que vous versez chaque trimestre au gouvernement du Canada pour couvrir les impôts que vous paieriez normalement dans le cadre de votre déclaration de revenus en avril.

Si les impôts prélevés sur vos revenus étaient nuls ou insuffisants, vous devrez probablement payer des acomptes à l’avenir. De plus, vous êtes tenu de payer des acomptes si les impôts nets dus à la suite de votre déclaration de revenus sont supérieurs à 3 000 $ (ou 1 800 $ si vous résidez au Québec). Les acomptes sont dus le 15 mars, le 15 juin, le 15 septembre et le 15 décembre. 

Souhaitez-vous recevoir des astuces de négociation, des mises à jour de service et des offres par courriel?

Inscrivez-vous dès aujourd’hui

3.      Bureau à domicile et services publics

Vous pourriez être en mesure de déduire des dépenses pour l’utilisation commerciale de votre maison, y compris les frais des services publics, les impôts fonciers et les intérêts hypothécaires. Fondez-vous sur une base raisonnable comme le pourcentage d’espace utilisé pour le travail, divisé par la superficie totale de la maison.

Vous pouvez aussi demander des déductions pour amortissement, c’est-à-dire la dépréciation d’un immeuble, de meubles ou d’équipements utilisés dans le cours de vos activités professionnelles.

4.      Registre automobile

Vous pouvez déduire des dépenses pour le pourcentage du kilométrage de votre véhicule utilisé pour gagner un revenu d’entreprise. Cela comprend le permis, le carburant, l’huile, l’assurance, l’entretien et les intérêts sur l’argent emprunté pour acheter un véhicule. Vous devez tenir un registre pour faire cette réclamation.

5.      Tenue de dossiers

Tenir des dossiers à jour n’est pas seulement une bonne pratique ; il s’agit d’une exigence légale afin de justifier vos revenus et vos dépenses. Vous n’avez pas besoin d’envoyer ces dossiers lorsque vous produisez votre déclaration de revenus, mais vous devrez les présenter si l’Agence du revenu du Canada vous demande de les consulter plus tard. Vous devez également tenir ces dossiers et tout document à l’appui pendant six ans à partir de la dernière date à laquelle ils se rapportent.

Pour bien comprendre vos obligations fiscales, consultez le site Web du gouvernement du Canada ou téléchargez le guide du gouvernement.

Prêt à vous inscrire?

Ouvrir un compte

Les renseignements contenus dans le présent article proviennent de sources jugées fiables. Nous ne pouvons toutefois garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. Le contenu est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s’y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d’autres sujets similaires.